Récit du voyage

La Panaméricaine 2015 / 2016

récit

22

De Baños à Quito

Nous continuons la Panaméricaine vers le nord.Des magnifiques paysages nous attendent en Equateur.

de-banos-á-quito

Nous continuons la Panaméricaine vers le nord.

de-banos-á-quito

Des magnifiques paysages nous attendent.

de-banos-á-quito

Dommage qu’il soit si difficile de s’arrêter ... Si l’on veut malgré tout prendre des photos, il faut savoir prendre des risques et se garer en pleine route !

de-banos-á-quito

En arrivant à Baños, nous passons près du volcan Tungurahua.Nous avons appris plus tard qu’il était entré récemment en éruption. Il a laissé de la lave et des cendres sur 7km. J’aurai bien aimé être là pour le spectacle !

de-banos-á-quito

Notre bivouac est proche du centre-ville.

de-banos-á-quito

Cette fois, le nom Baños ne veut pas dire toilettes! La ville doit son nom à ses sources d’eau chaudes. Les piscinesthermales attirent un grand nombre de visiteurs.

de-banos-á-quito

On appelle « alfeñiques »ces sucreriesfaites à base de jus de canne.

de-banos-á-quito

Une autre spécialité de la région …

de-banos-á-quito

… le cochon d’Inde.

de-banos-á-quito

Après la messe, le prêtre nous salue en français !

de-banos-á-quito

La région de Baños …

de-banos-á-quito

... recense une soixantaine de cascades !

de-banos-á-quito

C’est donc l'occasion de longer la fameuse route des cascades en « chiva », un bus ouvert en bois multicolore.

de-banos-á-quito

Nous prenons la « tarabita », une sorte de nacelle suspendue qui permet de passer d’une montagne à une autre grâce à la puissance d’un moteur de camion.

de-banos-á-quito

Un pont suspendu nous mène au « Pailón del Diablo ».

de-banos-á-quito

C’est la cascade la plus impressionnante !

de-banos-á-quito

Puis nous nous lançons dans la dernière attraction appelée « canopy ».

de-banos-á-quito

Le principe est simple : suspendus à un câble avec un baudrier,on nous lance d’une montagne à une autre la tête la première.

de-banos-á-quito

Et celadans le vide,à 150mètres du sol! Voilà la preuve que nous ne sommes pas des poltrons !

de-banos-á-quito

Quant à moi, j’avais l’excuse de devoir photographier les plus courageux …!

de-banos-á-quito

Un jeune nous regarde.

de-banos-á-quito

Le soir, quelques-uns d’entre nous profitent des eaux thermales… L’eau n’est pas sale, sa couleur marron est due à une haute teneur en minéraux.

de-banos-á-quito

Nous partons pour rejoindre notre prochaine destination.

de-banos-á-quito

Ce détour n’était pas prévu, mais comme nous avons encore quelques jours supplémentaires en Amérique du Sud en attendant le départ du bateau pour le Panama …

de-banos-á-quito

… nous en profitons pour connaître une belle partie de l’Equateur.

de-banos-á-quito

Une surprise pour cesderniers kilomètres.

de-banos-á-quito

Pour dormir, notre « camping » n’est pas terrible, il est impossible de se garer droit !

de-banos-á-quito

Mais nous sommes à quelques pas du lac de Quilotoa. Ce cratère aux flancs abrupts abrite un lac splendide aux eaux bleu turquoise qui contrastent avec les couleurs sombres des roches qui l’entourent.

de-banos-á-quito

Le soir, je reçois un message de Marie-Christine et Jean, qui ont pris une piste non prévue et qui sont resté bloqués, impossible de s’en sortir.

de-banos-á-quito

On descend d’abord en pick-up, mais le chauffeur refuse de continuer parce que la route est trop raide ! Puis nous cherchons un tracteur. Même avec le tracteur, il nous faudra plusieurs heures d’efforts pour que finalement le camping-car sorte de ce mauvais pas.

de-banos-á-quito

Après une courte nuit, nous jetons un dernier coup d’œil au lac, dont les couleurs sont totalement différentes d’hier.

de-banos-á-quito

Nous partons en direction Quito.

de-banos-á-quito

L’embrayage du camping-car de Marie-Christine et Jean a beaucoup souffert …

de-banos-á-quito

… Luc décide de les aider pour arriver à Quito. Merci pour votre aide, Luc et Gerda !

de-banos-á-quito

Le paysage est beau …

de-banos-á-quito

… nous grimpons en altitude et tombons dans le brouillard.

de-banos-á-quito

Heureusement, ça ne dure pas longtemps.

de-banos-á-quito

La route est bonne …

de-banos-á-quito

… et nous avançons vite.

de-banos-á-quito

Le groupe arrive à l’hôtel …

de-banos-á-quito

… et le camping-car en panne arrive au garage.

de-banos-á-quito

Le lendemain, nous visitons la capitale équatorienne …

de-banos-á-quito

… avec Paola, notre guide francophone.

de-banos-á-quito

Le centre historique est déclaré patrimoine de l’UNESCO.

de-banos-á-quito

Quito est la plus haute capitale du monde, à environ 2.800m d’altitude.

de-banos-á-quito

Voilà l’embrayage cassé. Heureusement nous trouvons les pièces nécessaires !

de-banos-á-quito

Rois jours plus tard le camping-car est doté d’un nouvel embrayage et peut continuer le voyage.